L’arrosage

Cet article a été rédigé par Mauricette à partir du site ParlonsBonsaï. Elle souhaitait présenter les techniques de la culture des bonsaïs lors d’une exposition.

 

Ni trop, ni trop peu…

L’arrosage dépend de l’espèce du bonsaï, de la météo, du vent, de la région ou l’on habite, de la qualité de l’eau et surtout de l’évolution que l(on souhaite pour l’arbre en cours de travail.

Quand ?

De préférence le matin (par temps froid) ou le soir (par temps chaud).

A quelle fréquence ?

Cela dépend de nombreux facteurs comme l’espèce, la taille du pot, l’exposition, le vent, etc. Généralement, il faut arroser lorsque la terre a un peu séché, sauf pour certains conifères comme les pins qui doivent rester plus longtemps au sec. La bonne fréquence s’obtiendra par observation et connaissance de son arbre.

Pour les débutants, on peut conseiller de planter un cure-dent dans le pot qui servira de jauge d’humidité.

Se méfier de la pluie :

Il peut tomber une petite pluie insuffisante pour certains arbres et surtout qui ne mouillera que le feuillage sans atteindre le pot. D’un autre côté, un excès de pluie peut « étouffer » un arbre et freiner sa croissance (voire même entrainer un pourrissement des racines).

Comment arroser ?

En général,  on n’arrose pas toutes les espèces de la même façon. Certaines comme le saule ou le troène sont plus gourmandes en eau que d’autres.

Les arrosages doivent être doux comme une douce pluie de printemps (harusame en japonais) et ne pas lessiver la surface du sol.

Mais il faut humidifier TOUTE la motte jusqu’à ce que l’eau coule par les trous de drainage.

L’arrosage de l’arbre entier en pluie fine, c’est le bassinage.

En cas d’urgence : il est possible de tremper un bonsaï (laisser baigner la motte dans un bac d’eau) s’il a souffert de sécheresse d’une manière prolongée. Mais ça n’est pas une habitude à prendre. Ne pas laisser trop longtemps le pot sous l’eau. La motte doit conserver des poches d’air.

 Avec quoi arroser ?

Pour pouvoir arroser en pluie fine, le mieux est d’utiliser un arrosoir à longue tige et pomme fine (beaucoup de petits trous)

Pour une collection très réduite, une bouteille d’eau dont le bouchon a été percé de multiples trous avec une épingle peut également convenir.

Quelle eau ?

La meilleure est l’eau de pluie à température ambiante à défaut d’eau de pluie, on pourra utiliser l’eau du robinet décantée 1 jour ou 2 pour que le chlore s’évapore.

Lorsqu’on a peu d’arbres, on peut aussi utiliser de l’eau minérale à faible teneur en calcium comme la Volvic.